Impliquez-vous

Calendrier des événements

Loading PEIANC events calendar ...

Le paysage culturel de l'Île-du-Prince-Édouard transformé par les immigrants chinois.

Article du National Post

Affiché: mercredi, 13 juillet 2011, 9:45

Adieu Green Gables : le paysage culturel de l'Île-du-Prince-Édouard est transformé par les immigrants chinois.

Par Kathryn Blaze Carlson - Le National Post, 3 juillet 2011

Frank Zhou [Photo par Brian McInnis pour le National Post]

Quand un immigrant chinois visite Brown’s Volkswagen à Charlottetown, le directeur général Skip Rudderham est prêt: il a des interprètes disponibles et des cartes d'affaires bilingues. L'Île-du-Prince-Édouard, avec sa réputation d'homogénéité et de conservatisme, semble la province la moins susceptible d'exiger de telles mesures, mais le besoin est là : l'immigration chinoise a transformé l'Île à la fois culturellement et économiquement.

[...]

L'expérience de Brown’s Volkswagen se retrouve ailleurs sur l'Île - une petite province avec une notoriété pour ses « normes culturelles de forte similitude » et mieux connue comme étant la patrie d’Anne aux Pignons Verts avec sa peau blanche et ses cheveux poil-de-carotte.

[...]

« Aujourd'hui, quand on passe dans quelques-unes de nos écoles, on pense qu’on se trouve au centre-ville de Toronto », plaisante le premier ministre Robert Ghiz, le fils du Libanais-Canadien Joe Ghiz qui fut le premier premier ministre non-européen du Canada. « Nous voyons la diversité culturelle dans nos couloirs ».

Depuis que la province a commencé de recruter des immigrants qualifiés et aisés à l’aide de son Programme des candidats de province ( PCP ) de l’Île-du-Prince-Édouard en 2001, jusqu'à 10 000 nouveaux arrivants ont élu domicile à l’Île-du-Prince-Édouard. La province avec une population de 143 200 habitants se métamorphose suite à l'immigration en général. Mais en particulier, c’est l'immigration d'un pays avec une population de près de 1,337 milliards d`habitants qui apporte le changement le plus marquant.

La Chine a été la principale source d'immigration à l’Î-P-É pendant les cinq dernières années, avec près de 2 400 nouveaux arrivants entre 2006 et 2009 selon le Secrétariat à la croissance démographique de la province. La plupart de ces nouveaux arrivants s’est installée initialement à Charlottetown, où la population était juste de 32 000 au moment du recensement de 2006.

[...]

« L'acceptation a été remarquablement harmonieuse » a déclaré Craig Mackie, directeur exécutif de l'Association pour les nouveaux arrivants au Canada de l'Î-P-É. « Les gens comprennent. Ils comprennent que nous avons besoin d'immigrants, que les baby-boomers vieillissent et prennent leur retraite et que nous avons besoin de nouvelles personnes ici avec de nouvelles compétences. »

Ce fait n'a pas été ignoré par le gouvernement qui cherche à contre-attaquer le taux naturel de croissance démographique presque réduit à zéro. Les dépenses provinciales sur les programmes d’implantation a doublé pour atteindre plus de 4,2 millions de dollars entre 2008 et 2009, et cela a réussi. La population de l'Île a augmenté de près de 400 personnes au premier trimestre de cette année, ce qui en fait la seule province du Canada atlantique à voir une augmentation.

Les responsables de l'éducation provinciaux ont créé une équipe d'admission pour évaluer la compétence linguistique des étudiants, avant leur inscription à l’école au niveau approprié. L'équipe, qui engage aussi des tuteurs pour enseigner les enfants, est devenue si occupée depuis sa création en 2007 qu’elle est passée de six à 29 employés en trois ans seulement.

L'afflux a également entraîné des ajustements dans d’autres secteurs. La Banque de Montréal a ajouté le mandarin à ses guichets automatiques à Charlottetown l'an dernier, et un porte-parole a déclaré que la banque a vu « une croissance spectaculaire » de sa clientèle chinoise depuis l'embauche de deux employés chinois en mai 2010. Un agent immobilier qui a vu une montée dans le nombre des clients chinois, a lancé le premier journal de la province en anglais-mandarin le mois dernier, et Charlottetown a récemment vu se créer une nouvelle maison asiatique du thé. [Charlottetown a eu un certain nombre de maison asiatiques de thé au cours des dernières années].

[...]

En mars la ville a organisé sa conférence inaugurale d’affaires pour des insulaires d’origine chinoise, « Chinese Islanders Business Summit », qui était commanditée en partie par Brown’s Volkswagen et qui a attiré plus de 250 immigrants chinois désireux d'investir dans des sociétés insulaires.

« La seule façon de faire que [ ces immigrés chinois ] restent dans la province est de leur montrer les opportunités d'affaires d’ici », a déclaré l’hôte de la conférence et l'entrepreneur Frank Zhou, 32 ans, qui a immigré à l'Î-P-É de Pékin par le biais du Programme des candidats de province sept ans auparavant.

Comme des milliers d'autres qui sont arrivés avant que le programme n’ait été modifié cette année, M. Zhou et son épouse Sherry, ont vu leur demande de visa accélérée après avoir prouvé qu'ils étaient désireux et capables d'investir 200 000 $ dans une entreprise de l'Î-P-É. Les candidats ont également été tenus de payer un acompte de 25 000$ qui leurs est redonné après qu’ils ont vécu une année dans la province.

Tandis que M. Rudderham a déclaré que l'impact économique de la politique stratégique d'immigration de la province « ne peut pas être minimisé » - les ventes de voitures neuves à sa concession ont doublé depuis 2008 - il a également dit que le programme n'a pas été sans controverse. Avant que le premier tour du Programme des candidats de province n’expire le 2 septembre 2008, la province a procédé d’urgence près de 2000 candidatures. Des questions ont surgi ensuite quant à la qualité des sociétés approuvées pour l'investissement, et il y a eu des allégations selon lesquelles des sociétés détenues par des députés et des hauts fonctionnaires ont été favorisées.

[...]

En février, la province et Citoyenneté et Immigration Canada ont annoncé un remaniement du programme des candidats, qui plafonnera à 400 le nombre de candidatures pour cette année. Selon les nouvelles règles, les immigrants auront aussi le choix d'acheter le tiers d’une entreprise ou d'investir 1 million de dollars pendant cinq ans comme prêt.

Les immigrants qui arrivent à l'Île par le biais du Programme des candidats de province sont pour la plupart différents de la majorité de ceux qui sont arrivés autrefois dans des villes comme Toronto et Vancouver, à la fin des années 1990 : Le premier afflux de ces arrivants parlant surtout le cantonais sont venus de Hong Kong suite au rapatriement de la Chine. Tandis que les nouveaux arrivants à l'Î-P-É par cette dernière vague parlent majoritairement le mandarin et arrivent de la Chine continentale à cause de la croissance économique.

« Une fois que l'économie s'est améliorée et une fois que ces gens ont eu plus l’argent, ils ont voulu explorer les opportunités en dehors de Chine », a déclaré M. Zhou, président de « Sunrise Group », une société de développement de logiciels et de conseil ayant des bureaux à l’Î-P-É, à Shanghai et à Pékin.

La majorité des demandeurs principaux au Programme des candidats sont bien éduqués, se vantent d’expériences du milieu des affaires étendues et ont un véritable intérêt pour l’apprentissage de l'anglais, a déclaré M. Mackie de l’Association des nouveaux arrivants au Canada de l'Î-P-É et qui a récemment accueilli son premier tournoi de mah-jong à Charlottetown. Il a dit qu'il ne prévoit pas qu’un quartier chinois n’émerge dans la capitale à court ou à long terme.

« Si nous regardons l'histoire du pays, les gens qui sont en difficulté économique ont eu tendance à s'installer dans les quartiers où le coût de la vie est plus bas, a-t-il dit. Mais nous parlons de personnes qui peuvent se permettre d'acheter des belles maisons et choisir où ils veulent vivre. »
Hamish Redpath, un agent immobilier qui a récemment lancé une publication mensuelle bilingue appelée « Ni Hao PEI » ( mandarin pour « Bonjour Î-P-É » ), a déclaré qu'il montre régulièrement des maisons à des immigrants chinois à des prix variant de 400 000$ à 1,5$ millions. Il dit que la communauté chinoise est parsemée tout au long de Charlottetown et dans des collectivités comme Stratford et Cornwall.

« Ils sont intéressés par de belles maisons, avec un vue sur l'eau ou à coté de la mer » a déclaré M. Redpath en ajoutant qu'il sert les familles chinoises à la recherche des demeures plus modestes aussi. « J'ai également montré des foyers ruraux en dehors de Charlottetown aux familles chinoises. Ces familles ont vécu à Beijing pendant toutes leurs vies et m'ont parlé de la pollution et du trafic routier infernal. Pour eux, venir ici, avoir cinq acres et une petite ferme pour quelques centaines de milliers de dollars est un rêve devenu réalité. »

Article complet